3 juillet 2024 : Marges

1 min read

Tout ce que je repousse dans les marges, à la périphérie de ma vision… tout ce bazar envahissant que j’ai peu à peu repoussé sous un tapis mental – mais qui est encore bel et bien là.

Il m’est tombé dessus sans prévenir. Pas parce qu’il s’est effondré, non. Parce que j’étais sur le point de m’effondrer. Alors, je l’ai géré.

Un grand rangement, un grand vide, une bouffée d’air. Chaque chose à sa place. Et un peu de tranquillité retrouvée.