Plouf

3 min read

Tour à Kourou l’après-midi pour assister au tir du lanceur Ariane 5. Kourou est beaucoup plus récente que Cayenne et ça se voit : tout y est plus espacé, plus propre, plus neuf.

Evidemment, tout a été construit depuis le milieu des années 60, quand l’Algérie n’était plus française et qu’il fallait construire un centre spatial français près de l’équateur. Du neuf un peu clinquant limite Disneyland, et bien entretenu en plus : il faut héberger tous les expats’. Entre Cayenne et Kourou, il manque un juste milieu, mais bon, je vais pas râler tout le temps non plus.

Petite ballade sur la plage, beaucoup plus accueillante que celle de Cayenne, qui n’existe pas comme vous l’avez vu.

Première surprise quand on met les pieds dans l’Océan Atlantique : la chaleur de l’eau. Pas juste un peu, non, vraiment chaude. Et en plus de ça elle est poissonneuse. Les vagues qui viennent lécher la plage pullulent de Gros-yeux, qui sont en fait des Gubis (les mêmes qu’on trouve dans des aquarium particuliers, en à peine plus gros… ironie, bien sûr). Ils fuient au moindre bruit en faisant du hors-bord sur les vagues vers le large.

Gros-yeux sur la plage de Kourou

La plage est pour ainsi dire déserte. Au niveau densité, on se croirait à Knocke-le-Zoute en Novembre. Mais il fait pourtant bien 30C, le soleil tape et l’eau est accueillante (un peu brune du fait des alluvions, mais assez propre). Par contre il y a plein de chiens, plus ou moins errants, qui parcourent la plage en quête de quelqu’un d’assez sympa pour leur gratouiller la tête, leur lancer un bâton ou leur donner un truc à manger (je crois que c’est surtout ça qui les intéresse, en fait).

Bande de chiens sur la plage de Kourou

Cette “meute” s’est entiché de moi tout le temps où je suis resté sur la plage. Globalement ce sont de bonnes bêtes, même s’ils ont tendance à se grogner dessus les uns les autres pour savoir qui aura le bâton. J’étais un peu réticent à leur prodiguer des caresses, et puis je me suis rapidement rendu compte qu’il était impossible que le moindre parasite survive sur eux. S’ils ont des puces, ce sont des puces d’eau.

Chien couché dans l'eau sur la plage de Kourou

Placide, avec ça.

Arrive 17h, et je me dirige vers la zone d’observation Carapa, en accès libre mais au nombre de places limité. L’ouverture des portes se fait à 17h30, et il y a déjà une centaine de personnes quand j’arrive. Je me rendrais compte par la suite qu’il faut arriver dans ces 200 premiers pour obtenir une bonne place et la conserver. Bonne ambiance, mais du monde. Après une ascension pédestre à 12% (ça se mérite), nous arrivons sur le petit terre-plein d’où l’on peut voir la fusée.

Maquette grandeur nature d'Ariane 5

J’étais près, hein ? Ben ouais, c’est ça les privilégiés. Qu’est-ce que vous dites, madame ? Ça c’est la maquette ? Ah bon. Mais elle où la vraie, alors ? Ah là bas… ok…

Ariane 5 sur son pas de tir le 10 Mars 2007

En effet, dans le guide, ils disaient que Carapa est à 12,5 km du pas de tir. C’est tout de suite moins facile pour frimer. En même temps, même la salle VIP Jupiter est à 7km du site de lancement. Et puis au final, elle a pas décollé, alors bon… Remboursez les invitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.