Dialogue de sourds

2 min read

D’un côté des salariés qui se plaignent de trop travailler sans compensation, de l’autre, des gouvernants et leurs propositions

Hier, on nous montrait au journal de désinformation1 de France 2 un reportage sur le livre vert sur l’éducation national, remis à Xavier Darcos. Ce rapport pointe du doigt le problème de valorisation salariale dont souffrent les enseignants : 40h de boulot effectif minimum, en comptant les corrections, préparations, conseils de classe, rencontres avec les parents, ect…

Quelles mesures sont proposées ? J’en ai retenu une : une prime offerte aux enseignants qui acceptent de donner des cours de soutien.

Quand j’entends, je hurle. Pas après le gouvernement Sarkozy Fillon, mais après la gauche. N’est-il pas évident de pointer l’absurdité de cette proposition ? Pour mieux rémunérer des gens qui travaillent déjà trop, faisons-les travailler davantage ! Mais c’est sur la base du volontariat, va-t-on nous expliquer. Comment va-t-on augmenter le pouvoir d’achat des enseignants qui ne peuvent pas faire d’heures supp’ car eux aussi ont des enfants à aller chercher ? Quel choix est laissé ici ?

Aujourd’hui 150 classes par jour sont sans professeur : il y a donc sous-effectif enseignant. Au lieu de proposer des heures supplémentaires là comme ailleurs, n’y aurait-il pas intérêt à combler ces postes déjà existants, voire d’en créer des supplémentaires, et donc de l’emploi ? Comment va-t-on augmenter le pouvoir d’achat des chomeurs, si ce n’est en leur proposant un travail ?

Quand va-t-on arrêter cette hypocrisie de “pouvoir d’achat” pour parler d’augmentation des salaires ?

Pour rester dans l’air du temps, je connais des patrons qui profitent – avec trois mois de retard – du passage à la loi TEPA, censée créer une revalorisation salariale – pour tenter d’imposer un passage à 35h payées 35, et donc une diminution de salaire. Ce doit être ça, la valorisation par le travail…

Extraordinaire société dans laquelle nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.