L’art délicat de la citation

1 min read

Comme je suis une feignasse sans nom, je copie colle ici même une judicieuse remarque des correcteurs du monde, qui devient tous les jours un peu plus un grand quotidien humoristique, dût-ce être à son corps défendant.

Nous avons lu avec bienveillance la lettre de l’épouse du président publiée hier par Le Monde, “Halte à la calomnie!“, mais nous n’avons pu nous empêcher de tiquer devant la chute de ladite lettre : à notre avis, elle représente un contre-sens total sur la citation de Beaumarchais :

“‘La calomnie, Monsieur ? Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j’ai vu les plus honnêtes gens près d’en être accablés. 
(…) Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait?’ Réponse : les journalistes. Les vrais.”

Qu’en pensez-vous, amis blogueurs ?
Cette citation est extraite du Barbier de Séville (acte 2, scène VIII). Nous avons placé des points de suspension entre parenthèses à l’endroit où elle est interrompue.

Comme quoi, avant de recopier ce que vous sort Google sur “Citation Calomnie”, il vaut mieux lire et tant qu’à faire comprendre ce qu’on vous propose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.