On ne prête qu’aux riches

1 min read

« Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer » : tout le monde connaît cette formule qui définit la liberté de penser et de les exprimer. Et tout le monde croit connaître son auteur.

En effet, on l’attribue volontiers à Voltaire. Et pourtant. François Marie Aroüet n’a jamais dit ou écrit cette phrase, pas plus que Goering ou Goebbels n’ont parlé de revolver et de culture dans la même phrase

Il s’agit en fait d’une traduction d’une citation d’un auteur anglais qui résumait ainsi sa vision du philosophe.

I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it” en anglais sous la plume de Evelyn Beatrice Hall en 1906 devint “Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer“.

L’ironie de l’histoire réside dans le comportement réel qu’avait Voltaire face à la censure et les puissants, comme nous le rappelle Hérodote.net.

Mais on ne prête qu’aux riches…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.