En mars, ne consommez pas de biens culturels

2 min read

Vous avez assez que des sociétés masquent leur recherche de profit sous “la défense des artistes” ? Et qu’en fait de défense des artistes, ils restreignent l’usage d’internet ? Le mois de mars 2012 va vous plaire.

Si vous estimez qu’Internet n’est pas qu’une place marchande mais bien un outil de communication qui peut favoriser la démocratie, vous devriez en avoir assez des initiatives gouvernementales qui visent à en contrôler l’usage.

Si vous estimez qu’Internet est, à l’instar de la radio ou de l’imprimerie en leur temps, un nouveau media qui doit favoriser une mutation de l’économie plutôt qu’une défense d’un modèle obsolète, qui contraint plus qu’il ne défend les artistes, et qui exploite l’actualité sans aucune morale et sans s’inspirer des expériences fructueuses de micro-paiements : mieux vaut de très nombreux petits achats que peu de gros achats.

Comme la seule valeur qui ait encore un sens auprès de nos dirigeants et lobbyistes comporte généralement une devise dans son nom, frappons là où nous serons entendu : au porte-monnaie.

Le mois de mars est le dernier du premier trimestre à partir duquel sont édités les premiers rapports de l’année sur la santé économique des entreprises. Un mois “noir” où les ventes chutent de manière vertigineuse devraient amener les “défenseurs des artistes” à se poser quelques questions.

Si vous voulez VRAIMENT acheter un bien culturel, faites l’effort d’aller dans une boutique, librairie, disquaire, cinéma de quartier, près de chez vous. Vous y trouverez un accueil et une disponibilité humaine qui ne se retrouve pas sur internet ou dans une “grande surface culturelle”. Défendre le commerce de proximité est aussi une forme de manifestation, pensez-y !

Et durant tout ce mois de mars, vous trouverez ici-même des idées – si vous en manquez – pour vous occuper sans dépenser.

Black March : n'a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.