Interruption

2 min read

Il arrive, parfois, dans sa vie, que l’on commette l’irréparable. Certains commettent un meurtre, moi, j’ai fait des travaux dans mon appart.

C’est ainsi que mon couloir a subi un ravalement plus que conséquent il y a quelques mois de cela. Décollage du papier peint moche, ponçage, peinture, ponçage de la peinture qui peluche, lessivage, répétition des 3 points précédents, nouvelle répétition histoire de pas perdre la main, et puis finalement, raccordement des nouveaux interrupteurs. Sans les façades, pour éviter qu’elles ne se prennent de la peinture : je n’avais en effet pas fini la bande de mur où siègent ces quelques boutons.

Fin des travaux il y a de cela 2 mois, je me dis, “bon, faudrait songer à accrocher les façades maintenant”.

Hélas… si je retrouvais bien les façades, j’avais définitivement perdu les contours de façades, qui permettent d’accrocher les morceaux de plastique sur lesquels on appuie.

Las, vendredi dernier, je partais à *nom d’une grande chaîne de bricolage*. Pour découvrir que mes interrupteur font partie d’une gamme… interrompue. Définitivement, sinon c’est pas drôle. Je décide de faire un saut hier dans une autre grande chaîne, pour voir s’ils n’en n’ont pas en stock. Evidemment, ils n’en ont plus depuis longtemps. Je me rabats sur des interrupteurs modèle Quelconque, de la gamme Lambda. Je rentre, fier et heureux. Je vais pouvoir ENFIN achever mon couloir.

Samedi matin, je sors mon tournevis, et m’apprête à installer mes bitonniaux en matière synthétique dérivée du pétrôle. J’ai pris des boutons poussoir. Installation électrique absolument différente, complètement incompatible avec la mienne.
Je vais donc faire échanger – samedi après-midi – les machins. Ils n’ont plus d’interrupteurs modèle Quelconque, de la gamme Lambda.
Je craque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.