Cadavreski (titre provisoire)

1 min read

Vingt personnes qui ne se connaissent globalement pas peuvent-elles écrire un roman toutes ensemble ? Non ? C’est que vous ne croyez pas ni au travail collaboratif, ni au web, pas plus qu’à l’enthousiasme ou à la folie.

Je vous en parlais déjà ici, le projet a abouti, et un livre est paru. Oh, il ne s’agit que d’une modeste auto-édition, mais nul doute que vous aurez plaisir à découvrir les nouvelles de ces vingt auteurs.

Pour les plus flemmards d’entre vous, voici la quatrième de couverture :

Vous avez acheté ce livre et je vous en félicite. Vous allez avoir le privilège de vivre l’aventure humaine et littéraire la plus ébouriffante depuis l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot (il y a bien eu Boileau et Narcejac, ou Marx et Engels, mais pas dans le même registre, et puis ils n’étaient que deux).
L’idée est née dans la blogosphère (et la cervelle de madame de K) un beau soir de printemps : écrire à plusieurs un recueil de nouvelles liées entre elles comme dans un cadavre exquis surréaliste, le fil rouge étant un objet qui passerait de l’une à l’autre.
La contrainte oulipienne de chaque auteur était donc de prendre cet objet par la main, au sortir d’une histoire dont il ne connaissait rien, et de le mener à la fin de sa propre histoire pour le transmettre à l’auteur suivant.
Vingt cadavronautes courageux se sont lancés dans cette téméraire aventure ; certains se connaissaient, d’autres se sont rencontrés au hasard de la navigation. Et voilà !
Madame de K

Pour ceux qui veulent obtenir ce fabuleux ouvrage, d’ores et déjà collector, ils peuvent le commander en ligne. N’hésitez plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.