Google, la Chine, Microsoft, Apple et les autres…

3 min read

A grand bruit, Google se retire de Chine. Se retire ? Pas dit. Il semblerait qu’au contraire la société de Mountain view reste en Chine.

En effet, si on a beaucoup parlé du retrait de Google de Chine, il s’agit plus d’une interruption de la censure sur google.cn

Qu’est-ce à dire ? Google deviendrait-il un acteur majeur de la liberté d’expression. A voir. Un ensemble d’événements agitent ma curiosité.

Tout commence il y a quelques semaines avec une déclaration fracassante et affligeante d’Eric Schmidt, le PDG de Google. En substance, la vie privée n’existe pas (oui je suis extrême, mais autant que lui). Ce que Mark Zurberg, le fondateur de FaceBook, reprend à sa sauce en affirmant que le changement forcé des options de confidentialité du réseau social ne sont que le reflet des nouveaux comportements. Là encore, à voir, mais restons concentrés sur Google.

Google est donc un peu plus identifié comme le Big Brother qui enregistre toutes les données que vous lui transmettez volontairement ou pas. Et voila-t-y pas que six semaines plus tard, suite à une cyber-attaque dont il a été victime, le moteur de recherche fait la nique au gouvernement chinois : non, on ne se pliera plus à vos demandes de censure, parce qu’il faut libérer la parole. C’est louable. Et ne vous y trompez pas, Google a aujourd’hui la puissance de feu pour s’imposer face à n’importe quel gouvernement.

Maintenant, là où je tique, sans doute parce que je vois le mal partout, c’est en constatant que le navigateur de Microsoft, Internet Explorer, est pesamment accusé d’être à l’origine de la faille exploité pour mener ladite cyberattaque. Internet Explorer est effectivement une passoire… surtout la version 6 qui est sortie il y a plus de 6 ans (une éternité en termes informatiques). Je suis bien placé pour savoir qu’énormément de personnes, d’entreprises, de structures publiques et para-publiques ne mettent jamais à jour leurs logiciels, alors, changer de version… La faille est sur IE 6 et IE 7, mais n’existe pas sur IE 8. On pourrait s’attendre à ce que les messages soient de mettre à jour vers la dernière version d’Internet Explorer, la 8. Mais non. Les instances européennes, de France et d’Allemagne incitent au boycott (le mot n’est pas employé) d’Internet Explorer. Curieusement, au même moment, de grandes affiches quatre par trois viennent couvrir les murs du métro. De quoi font-ils la promotion ? De Google Chrome, bien sûr…

Résumons-nous. Google est critiqué de partout, minoritaire en Chine, en passe d’être éjecté de l’iPhone. Et tente de se racheter une virginité en se donnant l’image du défenseur de la liberté d’expression. Je psychote ou bien ?

En attendant d’avoir la réponse, j’espère qu’ils sauront également défendre les internautes italiens qui doivent maintenant demander une carte de presse pour publier leurs vidéos de vacances. Et que si besoin, ils en feront autant en France, où l’air de rien, la méthode Berlusconi est copiée depuis un moment déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.