iOS contre Androïd (hein ?)

4 min read

Traduction de ce titre pour la majorité des gens qui ne sont pas initiés aux arcanes de l’informatique (les non-geeks, quoi) : iPhone contre le reste du monde.

Toute la sphère geek se gargarise du dépassement d’iOS par Android. La belle affaire. Le fait que ces chiffres soient relayés par des technophiles donne lieu à de superbes erreurs d’interprétation.

iPhone KillerAinsi on compare des choses incomparables : d’un côté des gens veulent un iPhone et sont prêts à y mettre le prix. Les raisons qui motivent cet achat ? La volonté de paraître, d’avoir un outil archi-simple, à la mode, répandu (pour toutes les raisons évoquées ci-avant, mais aussi parce que premier sur le marché grand public), d’une compagnie qui a pignon sur rue et dont le plan marketing est archi rodé. Apple fait des pubs à la télé, rappelons-le (c’est d’ailleurs je crois une des toutes premières sociétés au monde à pouvoir exporter ses spots publicitaires tout autour du globe). Bref, une majorité de gens qui achètent un iPhone achètent une marque : Apple. On pourrait discuter de la validité de ce choix (privilégier une marque sur le produit “générique”), mais ce serait un autre débat qui nous ramènerait aux années 80, à Waikiki, Chevignon et autres Nike…

De l’autre côté, une majorité de gens ne veut ou ne peut acheter qu’un téléphone pas cher… allez, moins de 100 euros. Et se contrefout de la personnalisation au delà des “apps” que propose tel ou tel store. Ils se retrouvent “donc” avec un téléphone sous Android. Évidemment, la nature d’Android (open source) fait que cet OS se retrouve chez de nombreux constructeurs. Et que de nombreux constructeurs l’adoptent prouve sans doute que l’OS n’est pas dépourvu de qualité. La combinaison du nombre de modèles embarquant Android associé à leur bas prix explique mathématiquement l’explosion de la part de marché remporté par l’OS made in Google.
[MàJ] On me rétorque que de nombreux modèles sous Android sont clairement haut de gamme et donc que mon raisonnement est faux. Je signale que le haut de gamme n’est pas la majorité et n’est certainement pas ce qui permet à Android d’avoir cette croissance exponentielle, même si oui, des acteurs tirent leur épingle du jeu.

Mais les gens n’achètent pas la marque “Android”. Pas plus qu’ils n’achètent un HTC ou un Samsung. S’ils connaissent ces marques, c’est d’ailleurs parce qu’elles se positionnent comme… iPhone Killer.
[Màj]Bien sûr Samsung est connu pour son électroménager… mais à la base pas pour ses téléphones. Ils sont connus pour leurs télés, leurs écrans d’ordinateur (ah, tiens, encore une sphère geek), mais pour leurs produits “intelligents” (une télé n’est pas intelligente au contraire d’un ordinateur). Les acheteurs d’un appareil à succès comme le Samsung Galaxy S2 n’ont clairement pas le même profil utilisateur que des acheteurs d’iPhone : les premiers veulent un ordinateur personnel, les seconds un super-téléphone trendy (ou n’ont pas ENVIE de passer du temps à programmer : c’est mon cas).

En passant, LE modèle “tueur d’iPhone”… on l’attend toujours, cf le strip d’illustration de cet article. Le coup de force d’Apple, c’est finalement d’avoir popularisé le marché du smartphone et de tenir encore 20% de ce marché avec… un seul modèle (ou du moins, une seule gamme, plutôt chère !)

Arrêtons de croire qu’il y a une demande pour “des téléphones sous Android”. Il y a une demande pour, d’un côté, des téléphones peu coûteux, alors qu’il y a une vraie demande pour des produits estampillés Apple. Je ne doute pas que de nombreux évangélistes de part et d’autre viendront pointer les qualités de sa chapelle, les généralités de cet article, mais c’est justement son but : remettre la “réflexion” sur les chiffres dans le cadre général et le sortir d’un point de vue de spécialiste (partisan, le plus souvent).

[MàJ] Je n’ai volontairement pas parlé de RIM et de ses Blackberry : malgré une pointe récente que j’attribue à un soubresaut, ces téléphones sont très connotés pro. Leur circuit fermé est comparable (en pire) à celui d’Apple, déficit d’image en plus. Leur part de marché stagne : ils ont tendance à baisser dans le milieu pro et compense en essayant de diversifier sur le marché des particuliers… pas convaincu que ça suffise à terme.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.