Traduction

1 min read

Comme on me l’a demandé, je traduis ici – vite fait – le texte de Martin Winckler dont je parlais dans cette colonne.

Petit rappel, ce texte s’appelle “Auto-portrait”, et fonctionne en tant qu’illustration d’une photo que je reproduis ici, également.

L’auteur original me pardonnera…


J’attends.
Elle respire encore.
Elle ne bouge pas beaucoup, mais j’entends encore son coeur battre.
Elle ne gémit plus.
Elle est au-delà.

Il fait chaud. C’est bon.
Elle ne peut pas lutter contre la chaleur.
Et sa mère ne peut plus lui donner le sein.
J’attends.
J’ai tout le temps qu’il faut. Elle non.
Elle ne sait pas qu’elle meurt.
Elle ne saura pas qu’elle est morte.

J’attends.
C’est mon boulot.
C’est ma nature.
Je suis photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.