Recyclage

2 min read

Ne me demandez pas pourquoi, je comparais le Ramadan et le Carême, en me disant que tout de même, le Ramadan, c’était vachement plus dur, quoique plus festif (on mange très bien le soir et le matin, ce n’est pas un jeûne intégral non plus).

Et tout d’un coup, j’ai eu une illumination – rassurez-vous je ne me convertis à rien.

Le Carême dure 40 jours à l’instar des 40 jours de jeûne de Jésus dans le désert. C’est une période de pénitence et d’introspection, mais également comme chacun sait, de coup de mou sur la fourchette.

On mange maigre, et on mange moins durant le Carême. Et là je me disais : pourquoi ? Plus exactement, pourquoi le Carême a-t-il lieu au début de l’année alors que le Ramadan a lieu à la fin de l’année ?

Et puis un mot m’est revenu à l’esprit : Soudure. Aucun rapport avec de la plomberie ou de l’électronique, puisque ce mot signifie en agriculture la période précédant les premières récoltes et où le grain de la récolte précédente peut venir à manquer.

En gros, Avril, Mai. Mais en fait c’est pas ça.

Cependant, quand on commence à creuser toutes les histoires de récoltes, de fêtes religieuses (pré-)chrétiennes, on rigole un bon coup.

Ostara est ainsi le Sabbat célébrant l’équinoxe de printemps, vers le 21 mars.

Amusant de constater que Pâques est le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après. En clair, le dimanche 21 (ou plus) Mars suivant une pleine lune. Vers le 21 Mars, donc.

Là où Pâques célèbre la résurrection du Sauveur, Ostara est un sabbat de croissance, tourné vers l’avenir : on sème, la nature se réveille…

Le Carême dans tout ça ? Bah à part une incitation religieuse à un rationnement des stocks, je vois pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.