Aller et retour : Hadopi et décompte du temps de parole

1 min read

On se contente de peu, mais ça fait toujours plaisir.

Les 36 (sur 577) députés présents hier au Palais Bourbon ont rejeté d’un vote à main levée de 15 voix pour à 21 contre le fameux projet de loi Hadopi. Il existe encore quelques navettes entre le Sénat et l’Hémicycle, qui font que le projet de loi n’est pas totalement aux oubliettes, mais ce camouflet en dit long sur nos institutions et la représentativité des nos élus. A moins qu’on ait assisté de la part de l’UMP à un bel exemple de désobéissance civique (mais alors où était l’opposition ? La quoi ? Non rien).

Autre mesure amusante, je cite le Monde : “Dans une décision prise dans sa formation la plus solennelle, mercredi 8 avril, le Conseil d’’Etat ordonne au CSA d’’assurer sa mission de garantie du pluralisme des opinions politiques” en décomptant le temps de parole présidentiel dans l’audiovisuel.

Fut un temps où le Président de tous les français était au dessus des partis. Signe des temps : il est maintenant officiellement acquis que le Président (actuel du moins) est bel et bien membre, pour ne pas dire dirigeant, d’un parti, et donc s’exprime en son nom (et inversement ? allez savoir). Je ne sais pas s’il faut s’en réjouir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.