Le fait du prince… ou pas…

2 min read

Petite histoire amusante.

J’étais parti pour écrire un billet assez rochon sur ce flashmob qui a fait le ramdam il y a quelques temps.

Ouais, je sais, les plus au fait de l’actualité du web auront vu ce truc en 2009, et moi j’en parle en août 2010. Ca s’appelle finaliser ses brouillons. Et pour une fois, le temps aura servi à quelque chose. Je m’explique.

Voici ce que j’écrivais dans la première version de ce papier :

On va encore dit que je suis un vieux machin, mais j’ai un sentiment très mitigé à propos de CE flash mob en particulier. Qui n’en est d’ailleurs pas un : rien de spontané dans cette chorégraphie qui a du être répétée par une bonne quantité de professionnelsA la base c’est un concert (une émission en public qui permet à des spectateurs d’assister à une version live du show d’Oprah). Les 20’000 premières places sont réservées, non pas aux spectateurs, mais aux danseurs des Black Eyed Peas.
Je trouve déjà ça moyen. En fait les Black Eyed Peas profitent du show d’Oprah pour se payer un clip (juste en payant les danseurs finalement- ce qui ne doit pas être donné vu le nombre, j’en conviens).
Le groupe joue pour des danseurs (ils ne voient pas vraiment le véritable public qu’on distingue sur les plans TRÈS larges), et le “public” danse soit pour les Black Eyed Peas (mais sans cette ferveur des fans), soit pour Oprah. Tout ça me laisse un sentiment de fait du prince, inside joke qu’on essaie d’ouvrir au monde via un ramdam internet (puisqu’il ne faut plus dire “buzz”). J’y reste hermétique…

Il se trouve qu’entre temps j’ai appris que c’était une VRAIE flashmob. Que le mot avait été passé sur twitter, que la chorégraphie avait été diffusée via Youtube pour que les gens puissent la répéter. Et donc que tout le public s’était vraiment défoncé pour réaliser ce machin. Oui, je continue à le qualifier de machin, parce que je reste surpris de la ferveur avec laquelle les gens peuvent s’investir dans des choses anodines et renâcler à faire avancer les choses.

Oui mais voila. Est-ce que cette vidéo n’est pas “inspirante” ? Ne donne-t-elle pas envie de réaliser de grandes choses ? Pas forcément des chorégraphies, mais des actions construites, utilisant internet (ou pas, m’enfin il ne faut jamais louper une occasion de montrer à F. Lefebvre qu’internet n’est pas qu’un repaire de pédonazis terroristes). A tout le moins, on peut espérer que cette vidéo illustre le slogan du secours catholique, largement ratifiable même par les laïques : “A tous, on peut tout”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.