Traduction – 31 défis d’écriture, jour 22

4 min read

Aujourd’hui j’ai utilisé la fonction “article au hasard” pour mon défi. En allemand. Pour traduire un article. Rappel : je ne parle pas un mot d’allemand. Venez pas vous plaindre si ça n’a ni queue ni tête.

Als rechtläufig oder prograd (von lat. pro ‚für‘, ‚vor‘, ‚vorwärts‘ und gradus ‚Schritt‘) bezeichnet man in der Astronomie Objekte, die in einem rotierenden System der Hauptrotationsrichtung folgen. Entgegengesetzt umlaufende bzw. rotierende Objekte bezeichnet man als rückläufig oder retrograd (lat. retro ‚zurück‘, ‚rückwärts‘).

Die Bezeichnungen werden sowohl für umlaufende Sternsysteme, Planeten, Asteroiden und Kometen verwandt, als auch für in deren Orbit befindliche Satelliten. Ein Objekt mit retrogradem Orbit kennzeichnet man durch eine Bahnneigung zwischen 90° und 270° zu seinem Zentralkörper, ein Objekt mit retrograder Rotation durch eine Achsneigung von 90° bis 270° zu seiner Umlaufbahn.

Auch gibt es in der Raumfahrt künstliche Satelliten, die auf retrograden Umlaufbahnen die Erde entgegen ihrem Rotationssinn umkreisen. Sie sind jedoch vergleichsweise selten, weil, um sie auf ihre Bahn zu bringen, ihre Beschleunigung relativ zur Erde sie nicht nur auf die Bahngeschwindigkeit (relativ zu einem nichtrotierenden System) bringen muss, sondern auch die entgegengesetzte Rotationsgeschwindigkeit der Erde überwinden muss.

 

Préambule : cet court passage est extrait d’un roman méconnu de Heidegger, Le goût amer des figues. Heidegger manipule dans ce texte le langage avec audace, enchaînant les idées sans façon ni explication. Si les lecteurs devaient s’accrocher pour suivre le philosophe, ils doivent franchement s’arrimer pour accompagner le romancier dans les aventures de son personnage. Bien que peu goûté par la critique littéraire, Le goût amer des figues a influencé nombre d’artistes récents, comme en témoigne le passage donné ici en extrait. Ce roman raconte les errements d’Alfred, qui ne cesse de répéter “vous pouvez m’appeler Al”. Ce jeune homme en quête de sympathie est embarqué malgré lui dans les gangs de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres et leurs trafics de schnaps frelaté. La seconde partie du récit traite également de rédemption lorsque le héros, réfugié sur une île de Scandinavie (le roman n’est pas plus précis), tient compagnie à une société baroque dont les membres viennent des quatre coins de l’Europe. L’extrait qui suit est situé à la fin du roman.

Al se réchauffa des figues d’une odeur prometteuse (avec du lait pro-fur, vendu à Hogwarts sous le nom “Schlurp”), une béchamel de l’île de Mann et des Objets astronomiques, les énièmes nouveautés rôties d’un système d’optimirotation des richesses du foie. En bégaygaygayant, il huma l’offrande bretonne. Les Objets rôtis et la béchamel de l’île de Mann étaient une recette aux figues à l’odeur rétrograde (le lait était considéré rétro parce que sucré, voire “sucrevard”).

Dix nonnes bretonnes verdies se saoulaient au pro-fur en humant les relents du système Stern, dont les Planètes, Astéroïdes, Comètes [NdT : les noms des chevaux de course du banquier Stern] avaient dû être vendus ou donnés. Des rênes nommés Orbit (pour le mâle) et Satellite (la femelle qu’il léchait tout le temps) purent être conservés. Un Objet au goût “mite”, objet résolument rétro, ça n’accompagnait pas bien la béchamel de l’île de Mann, Al dut donc se rechercher une bonne vieille Banette pour accompagner son schnaps à 90°, titrée 270° par un petit malin ancien élève de Central, dont on disait qu’il avait déposé la marque “Objet” avant de faire le tour des duchés un à un pour acheter le gang des Angles à 90°, doublant ainsi celui des 270°, pourtant connu de longue date comme foutant des baffes à la concurrence.

L’affaire, jugée à Auch, finit au gibet. Des roumains pétomanes, repérés à lécher tout le temps Satellite, la femelle rêne, dénoncèrent par écrit les baffes que mettait le gang des 270°, le plongeant dans la *erde. Les chefs gaga du gangs partirent même en vrille, agitant leurs crécelles. Six saints juges à la mine verglacée visèrent une amende salée, et ils vieillirent, ainsi que les autres qui finirent sur le banc des accusés, sans faire la bringue. Leur ire bêcheuse négligea leur relation aux gangs du Sud de l’Elbe. Sans nier à hue et à dia, les gens bannis du club de Wind Kite (suite à leur énième mise en place d’un circuit de dopage aux nitrates) brillèrent dans la mousse, sondèrent Auch et dix bégaigaigaiements plus tard, firent une dernière fois la tournée des bars pour se boire une dernière mousse avant de rentrer avec les services du cocher Hubert

Recevez l'actualité du site, toutes les Histoires minute de la semaine, et la Nouvelle en ligne mensuelle.
Vous pouvez aussi me soutenir sur uTip !

5 Commentaires

  1. Jean Berthe

    Petit faux sens: il ne s’agit pas de “nonnes bretonnes” mais de “vendeuses de nougat”. Mais le sens général est très bien respecté.

    Répondre
  2. Jean Berthe

    A la réflexion des bonnes bretonnes peuvent très bien vendre du nougat!

    Répondre
  3. Jean Berthe

    “NONNES” pas “BONNES”. Mais les bonnes peuvent aussi vendre du nougat. Enfin je crois…

    Répondre
  4. Anahita

    Je n’ai pas compris cet exercice…

    Répondre
    1. Frédéric MeurinFrédéric Meurin (Auteur de l'article)

      Et bien, c’est assez simple : vous prenez un texte dans une langue que vous ne parlez pas et vous en imaginez la traduction en français. Ici j’ai pris un texte en allemand, dont je ne pipe pas un mot, et j’en ai proposé sa traduction, afin que l’on puisse profiter de toute la beauté du texte d’Heidegger (ou pas, donc).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.